↑ Retour à Qui sommes-nous?

L’Adventisme et son Histoire

Histoire de l’Eglise adventiste du septième jour

BrepolsCe texte est tiré du livre de Richard LEHMANN : « Les adventistes du septième jour », édité chez Brepols en 1987, dans la collection Fils d’Abraham. Nous publions les pages 10 à 27 de cet ouvrage de référence, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

INTRODUCTION

L’attente du retour du Christ a marqué l’Église chrétienne dès ses origines Jésus avait prophétisé sa venue en gloire (Matt 24 25) et des anges l’avaient confirmée peu après son ascension (Act 1,9-11). L’Eglise apostolique était tout entière attachée à cette bienheureuse espérance (Jean 14,1-3). Mais nul ne savait quand cet événement suprême allait survenir. L’apôtre Paul devra calmer l’enthousiasme de ceux qui le tenaient pour réalisé (2 Th 2,1-2). 

L’Apocalypse de Jean alimentera l’imagination de tous et le proche retour du Christ servira de thème tant aux hérétiques (Cérinthe, Montanus) qu’aux représentants officiels de l’Eglise (Tertullien, saint Augustin). Le pape Grégoire 1er le Grand (540-604) écrira: “Pourquoi ne pas se rendre compte que le monde touche à sa fin? Jour par jour, les choses se précipitent, et nous nous rapprochons toujours plus du Jugement qu’il nous faudra subir devant le Juge terrible et éternel. Que faire sinon penser à son Retour?” (J. Séguy, Les Sectes protestantes dans la France contemporaine, Paris, 1956, 103)Luther quant à lui, n’accordera que cent ans à la durée de ce monde.

Les périodes de crise ont fortement amplifié cette réflexion eschatologique. Rien de surprenant à la voir fleurir au dix-neuvième siècle en pleine Révolution industrielle. Les progrès de la science, les bouleversements politiques, les idées nouvelles laissaient augurer pour les uns une époque de justice et de paix préparant la venue du Christ en gloire. Pour d’autres, au contraire, tout prenait forme de catastrophe.

Parti du Würtemberg à la fin du dix-huitième siècle, un vaste réveil prophétique se développa dans toute l’Europe, émigra en Angleterre (Irving, Darby) et en Amérique du Nord où il trouva un terrain de choix dans les milieux piétistes. Réagissant contre les idées déistes et libérales exportées par la Révolution française de 1789, un puissant mouvement religieux se développa en Nouvelle-Angleterre et embrasa tous les Etats confédérés. Des prédicateurs appelèrent à la réforme des mœurs. La Bible fut étudiée systématiquement et de grandes assemblées sous la tente soutinrent la propagande religieuse. La première moitié du dix-neuvième siècle fut ainsi marquée par la multiplication de sociétés religieuses et missionnaires.

La fin du monde était-elle proche? Quand allait-elle survenir? Autant de questions auxquelles une cinquantaine de groupes tentèrent de répondre, dont dix-sept aux Etats-Unis. Parmi eux, les Millérites d’où naîtront les Adventistes du septième jour.

WILLIAM MILLER

William Miller naquit le 15 février 1782 à Pittsfield, Massachusetts, dans une famille pieuse et modeste. A 21 ans, il se maria et s’installa à Poultney, dans l’Etat du Vermont. Cultivé, épris de justice, il remplit tour à tour les fonctions de juge et de shérif de la petite localité. Miller n’était pas passionné de religion, et il partageait les idées déistes de nombre de ses contemporains. Mais les détresses dont il fut témoin lors de la guerre de 1812-14 contre les Anglais l’affectèrent profondément. Deux ans plus tard survint le décès de son père. L’inconnu de la mort l’effraya. Ses idées déistes ne répondaient plus a ses préoccupations Il avait besoin de certitudes La Bible qu’il s’était remis à lire ne lui paraissait pas digne de confiance. Miller se donna un temps de réflexion et s’installa à Low Hampton dans l’État de New York pour s’occuper de sa mère et gérer les biens légués par son père. Il fréquenta l’Eglise de son oncle, pasteur baptiste, plus par civilité que par conviction. Mais invité un jour à lire la prédication en l’absence du diacre de service, il fut bouleversé par le contenu du chapitre 53 du prophète Esaïe. La bonté de Dieu et le sacrifice de Jésus pour les pécheurs le marquèrent au plus profond de lui-même. Il était prêt à croire mais il n’avait pas de réponse aux objections à la foi chrétienne qu’il avait lui-même élevées avec ses amis déistes. Miller décida alors de consacrer deux années entières, de 1816 à 1818 à l’étude suivie de la Bible. Sa pensée rationnelle s’attacha aux prophéties bibliques et bientôt leur réalisation devinrent pour lui la preuve de la véracité de l’Écriture.

“Je découvris que des événements annoncés et accomplis dans le passé, se sont réalisés en un temps déterminé. Les 120 ans du déluge, Gn 6,3 ; …les 400 ans de séjour de la postérité d’Abraham, Gn 15,13 ; les 3 jours du rêve de l’échanson et du panetier, Gn 40,12-20; les ans de Pharaon, Gn 41,28-54; les 40 ans dans le désert, Nb 14,34; les 3 ans et demi de famine, 1 R 17,1 les 65 ans d’Ephraïm, Is 7,8 les 70 ans de captivité, Jér 25,11 les sept temps de Nabuchodonosor, Dan 4,13-16 et les 70 semaines déterminées sur les Juifs, Dan 9,24-27. Les événements définis par ces temps étaient objet de prophéties et s’accomplissaient conformément aux prédictions” (W Milier’s apology and defense, Boston, 1845, 9-10). 

Miller porta toute son attention au livre de Daniel et à l’Apocalypse de Jean. Il adopta le principe d’interprétation qui reconnaît dans les livres symboliques la valeur d’une année pour un jour prophétique. Sur cette base les commentaires de la version anglaise King James faisaient correspondre la fin des 70 semaines du chapitre de Daniel à la mort du Christ. Ils prenaient pour point de départ des 490 ans la septième année du règne d’Artaxerxès, soit 457 av. J.C. 70 semaines font 490 jours, soit autant d’années en termes prophétiques. En comptant 490 années à partir de 457 av. J.C., on arrive à l’an 33 de notre ère. L’Oint retranché au milieu de la dernière semaine, selon le texte prophétique, était le Christ mort vers l’an 30. 

Pour Miller, cette prophétie était liée à celle du chapitre 8 de Daniel: “Encore 2.300soirs et matins et le sanctuaire sera purifié.” Si l’on retranche des 2.300 ans les 457 ans de l’ère ancienne, il reste 1.843 ans dans l’ère nouvelle. Considérant que le sanctuaire qui devait être purifié était la terre, Miller en conclut la fin du monde pour 1843. Il écrivit: “Je fus ainsi conduit, en 1818, à la fin de mes deux années d’étude de l’Ecriture, à la conclusion solennelle que dans 25 ans environ, à partir de cette date, toutes les affaires du monde présent seraient achevées” (W. Milier’s apology and defense, 12). 

Sans le savoir, Miller développait les thèses du Jésuite Manuel Lacunza (1731-1801);de Gutierry de Rozas, juriste mexicain, avocat auprès du tribunal de l’inquisition (1835) ; d’Adam Burwell, missionnaire canadien de la Société pour la propagande de l’Evangile (1835) ; de R. Scott, pasteur anglican, puis baptiste (1834) ; du fameux missionnaire anglais, Joseph Wolff (1829) ; et de bien d’autre encore.

 

LES MILLÉRITES

Miller ne commença à partager ses découvertes qu’à partir de 1831. Très vite il se trouva engagé dans un vaste mouvement de réveil. La prédication du proche retour de Christ conduisait les croyants à se préparer pour cet événement solennel. Pendant quatre ans, il parcourut villes et villages, répondant aux invitations qui lui étaient adressées. Dix-sept pasteurs de confessions différentes l’accréditèrent auprès de leur Eglise. Il prêcha plus de huit cents sermons, et de nombreuses communautés acceptèrent son message. Ne pouvant suffire à la tâche, Miller reçut l’aide de plusieurs pasteurs.

Joshua Himes, pasteur baptiste, devint le publiciste du mouvement. Il fonda une imprimerie et publia Signs of the Times, une revue à large diffusion. Puis, The Midnight Cry qui fut tiré à New York à dix mille exemplaires par jour. Des brochures furent répandues à plus de cinq millions d’exemplaires.

Josiah Litch, pasteur méthodiste, devint rédacteur en chef du Signs of the Times.Charles Fitch, pasteur de l’Eglise presbytérienne libre, était comme les deux autres un ardent anti-esclavagiste. Il apporta son soutien à Miller en diffusant un hebdomadaire dans les Etats de l’Ouest. Exclu de son Eglise, il préconisa à ses lecteurs de « sortir de Babylone »,  c’est-à-dire des Eglises protestantes. A ces trois pasteurs s’ajoutèrent en particulier Joseph Bates, un officier de marine, auteur d’importants ouvrages sur la période qui suivra la déception de 1844, et Sylvester Bliss, apologète de W. Miller et de ses idées.

Les années 1840 à 1843 furent consacrées à la proclamation du message d’avertissement relatif à la fin des temps, ainsi qu’à l’organisation de grandes assemblées qui réunirent jusqu’à cinq mille personnes. Le mouvement garda jusqu’au bout un caractère interconfessionnel.

 

1844 ET LE MOUVEMENT ADVENTISTE

William Miller avait fixé la date du retour du Christ entre l’automne 1843 et le printemps 1844. Pour tenircompte du calendrier juif, il repoussa la date au 22 octobre 1844. Toujours lucide et prudent, Miller s’opposa au fanatisme que provoquait l’enthousiasme de certains. Le 22 octobre, près de cent mille personnes attendirent avec foi l’évènement. Un historien, John B. Mc Master, estima que près d’un million de personnes sur les dix-sept que comportaient les Etats-Unis, accordèrent leur faveur au mouvement, dont pas loin d’un millier de pasteurs. Mais le 23 octobre, ce fut la grande déception. Le Christ attendu avec tant de foi, ne revint pas. Le 10 novembre 1844, par une déclaration officielle faite à Boston, les responsables reconnurent leur erreur quant à l’interprétation de l’évènement, sans remettre en cause la chronologie.

Certains renoncèrent à leur espérance et abandonnèrent le mouvement. Une bonne moitié des Millérites réintégrèrent leurs Eglises d’origine. Le reste, désorganisé, se regroupa ici et là, autour de certaines personnalités. Certains groupes se mirent à fixer de nouvelles dates. L’esprit de consécration se perdit peu à peu dans la controverse. Miller poursuivit son intense activité, consolant les uns, affermissant la foi des autres dans une proche Parousie, mais non datée. Il mourut aveugle, le 20 décembre 1849.

Cependant, l’échec du mouvement ne signifiait pas l’échec du message. De petits groupes subsistaient, approfondissant leur expérience religieuse. Les uns arrivèrent à la conviction que le sanctuaire mentionné dans Dan 8,14 était, selon l’Epitre aux Hébreux et le livre du Lévitique, le sanctuaire céleste. D’autres, que la fidélité à la Parole de Dieu incluait l’observation du quatrième commandement du Décalogue, le sabbat. D’autres enfin, furent encouragés à persévérer dans l’étude de la Bible et l’espérance du retour de Christ par les visions d’une jeune fille nommée Ellen Gould Harmon. La rencontre de ces trois tendances, dans les années 1845-1848, constitua les prémices de l’Eglise adventiste du septième jour.

Bien qu’elle devint l’héritière principale du mouvement millérite, l’Église adventiste du septième jour n’est pas seule à avoir subsisté.

On reconnaît, en outre, les dénominations suivantes:

1.       The Evangelical Adventists organisés en 1858 sous le nom de American Millenial Association. Ils croient aux souffrances éternelles des damnés.

2.       The Advent Christians organisés en 1861. Ils croient en l’immortalité conditionnelle.

3.       The Seventh-day Adventists, ou Adventistes du septième jour se séparèrent de ces deux groupes et s’organisèrent en dénomination en 1860 et 1863.

4.       The Church of God, organisée en 1866. Cette Eglise observe le sabbat mais diffère sur d’autres points.

5.       The Life and Advent Union, réunie autour de J.T. Walsh et G. Storrs. Ce groupe croit que les perdus ne ressusciteront jamais

6.       The Churches of God in Christ Jesus, appelés parfois les Adventistes de l’âge à venir.

Tous ces groupes constituent ensemble quelques dizaines de milliers de croyants regroupés essentiellement aux Etats-Unis.

NAISSANCE DE L’ÉGLISE ADVENTISTE DU SEPTIÈME JOUR

Nombre d’Adventistes avaient été rejetés de leur Eglise pour avoir partagé les vues de William Miller. Quelque peu désorientés, ils se retrouvèrent pour prier ensemble et étudier la Bible. Partageant leurs découvertes et militant contre les tendances extrémistes, certains se regroupèrent autour de Joseph Bates, Hiram Edson, James White, et des hommes cultivés tels que John N. Andrews, John Loughborough et Uriah Smith. James White, jeune instituteur et excellent organisateur, contribuera le premier à l’unité des groupes par la publication d’un journal: Present Truth (La Vérité présente).

Il faut attendre 1853 pour voir la première tentative d’organisation par l’attribution de lettres de recommandation aux prédicateurs itinérants. A cette époque, nul ne voulait entendre parler d’organisation, l’amour fraternel devant être le lien suffisant pour unir les Adventistes. Mais bientôt, compte tenu de l’ampleur prise par les publications, il fallut se donner une identité juridique. Quelques assemblées générales donnèrent au groupe le sentiment d’une cohésion. En 1859 l’une d’entre elles adopta le principe de la dîme pour subvenir aux besoins des prédicateurs.

En 1861, l’assemblée générale se dota d’une organisation administrative et prit le nom d’Eglise adventiste du septième jour. Adventiste, parce qu’elle voulait maintenir vivante en son sein l’espérance du retour du Christ. Du septième jour, parce que l’attente impliquait à leurs yeux l’obéissance aux commandements de Dieu, y compris le quatrième qui exige le repos du septième jour de la semaine. L’assemblée représentait alors 3.500 Adventistes conduits par 30 pasteurs et regroupés dans 125 Eglises. Sous l’impulsion de ses chefs et d’Ellen G. Harmon devenue l’épouse de James White, cette toute jeune Eglise devait connaître un rapide essor.

Une attention toute particulière est à donner à Ellen White, compte tenu du rôle central de son ministère au sein de l’Eglise adventiste.

 

ELLEN GOULD WHITE

Ellen Harmon est née le 26 novembre 1827 dans une petite ferme de Gorham, dans l’Etat du Maine. Victime d’un accident à l’âge de neuf ans, elle ne fréquentera plus d’école, mais continuera à se rendre à l’église méthodiste avec ses parents et ses sept frères et sœurs. Dès l’été 1840, elle accepta l’enseignement de W. Miller.

Exclue avec sa famille de l’Eglise méthodiste, elle connut l’heureuse attente, et l’amère déception de 1844. En décembre de la même année, alors qu’elle se trouvait en prière avec quelques amies, Ellen eut une vision sur la destinée du mouvement adventiste. Acceptée par les uns, rejetée par les autres, elle n’en continua pas moins à témoigner du contenu de ses visions auprès de ceux qui l’accueillaient

Bien qu’elle-même charismatique et bénéficiant tout au long de sa vie de plus de deux mille visions, Ellen se montrera dès le départ opposée au fanatisme. Elle combattit le sentimentalisme et le spectaculaire au profit de l’esprit d’humilité, de service et de foi. Le 30 août 1846 elle épousa James White et se trouva dès lors engagée dans une œuvre déterminante pour la fondation et le développement de l’Eglise adventiste du septième jour.

Les débuts du jeune couple furent difficiles. James prêcha et donna des conférences tout en assurant la charge de la famille. Ils connurent la pauvreté et parfois la détresse. En 1848, Ellen encouragea son mari à publier un petit journal. La publication se fit à crédit et les frais furent couverts par les contributions des lecteurs. Ensemble, ils acceptèrent l’enseignement de Joseph Bates sur le sabbat et militèrent en faveur du regroupement des Adventistes dispersés.

Tout en rendant témoignage de ses convictions et de ses visions, Ellen se mit à écrire. Lorsqu’elle mourra en 1915, elle aura couvert quarante-cinq mille pages dactylographiées, soit une soixantaine de volumes, quatre mille cinq cents articles de revues et plus d’un millier de lettres. Ses ouvrages sont aujourd’hui diffusés par millions d’exemplaires et traduits dans plus d’une centaine de langues. Outre sa vaste influence morale et spirituelle, E.G. White contribua à l’évolution de l’Eglise adventiste dans plusieurs domaines particuliers :

1. Dès 1850, elle lutta avec son mari contre le désordre et le fanatisme. Malgré la forte opposition qui qualifiait toute organisation de ‘Babylone’, Ellen proclama qu’au contraire ‘Babylone’ signifiait confusion. Elle encouragea l’organisation démocratique du mouvement et soutint la proposition de J. N. Andrews d’adopter le principe de la dîme pour le financement des prédicateurs.

2. Après la mort de ses deux premiers enfants (elle en a eu quatre), elle commença à écrire sur la santé. A partir de 1863 elle ne cessa de recommander la pratique d’une vie saine, l’abstinence du tabac, de l’alcool etc., et une médecine naturelle et préventive. Sur son impulsion, un premier sanatorium fut édifié à Battle Creek en 1866.

3. James White s’était intéressé très tôt à l’instruction de la jeunesse. En 1852 il publia à son intention The Youth Instructor (L’Enseignant des jeunes). Des écoles primaires furent ouvertes en 1853 et 1856 pour offrir un cadre adventiste aux enfants. Ellen White encouragea une éducation équilibrée dans laquelle le travail manuel occupa une place importante. Articles et ouvrages se succédèrent pour une éducation physique, mentale et spirituelle. Une première école officielle fut ouverte en 1873, à Battle Creek, Michigan. Voyageant en Australie en 1893, E.G. White encouragea la petite communauté de cinq cents croyants à acquérir une vaste propriété de six cents hectares pour l’édification d’un collège supérieur. Aujourd’hui, l’œuvre adventiste d’éducation est la seconde au monde après celle de l’Eglise catholique.

4. Peut-être aurait-il fallu mentionner en premier lieu l’œuvre des publications. Toujours sous l’impulsion d’Ellen White, une première société d’édition et une imprimerie furent mises sur pied, en 1861. Elle encouragea le colportage qui, par le moyen du porte à porte, permettait le témoignage chrétien.

5. Enfin, l’œuvre doctrinale d’E.G. White n’est pas à négliger. Non qu’elle apporta des lumières nouvelles, mais elle encouragea certains enseignements et en dénonça d’autres. Ainsi, elle soutint Joseph Bates dans sa présentation du sabbat comme jour du repos. Lors de l’assemblée générale de Minneapolis en 1888, une large confrontation opposa ceux qui mettaient l’accent sur les œuvres, par crainte d’antinomisme, et ceux qui mettaient l’accent sur la foi, par crainte de légalisme. E.G. White recommanda la lecture de l’Epître aux Galates et travailla, par la suite, àl’équilibre des deux tendances.

Ellen White encouragea son Eglise à l’étude de la Bible comme révélation première. Elle écrivit: “Je vous recommande, chers lecteurs, la Parole de Dieu comme la règle de votre foi et de votre pratique. Nous serons jugés par cette Parole. Dans sa Parole, Dieu a promis de donner des visions dans les derniers jours. Non pour établir une nouvelle règle de foi, mais pour le réconfort de son peuple, et pour corriger ceux qui s’éloignent de la vérité biblique” (Early writings, Washington, 1945, 78).

Ellen White perdit son mari en 1881. Après 1884 elle n’eut que de rares visions en public, mais elle fut encore gratifiée de nombreux songes prophétiques jusqu’à la fin de sa vie. Veuve, elle voyagea beaucoup, travaillant en Europe de 1885 à 1887, en Australie de 1891 à 1900. Pendant les quinze dernières années de sa vie, elle se fixa à St Helena en Californie d’où elle rayonna dans tous les États-Unis, traversant le pays d’une côte à l’autre. Elle mourut le 16juillet 1915 à l’âge de 87 ans. Un journaliste écrira: “A-t-elle vraiment reçu des visions divines ? Etait-elle vraiment choisie par le Saint-Esprit pour être douée du charisme de la prophétie? Pourquoi devrions-nous donner une réponse ?…De toute façon, elle a été absolument honnête dans sa foi en ses révélations. Sa vie était digne d’elles. Elle n’a montré aucun orgueil spirituel et ne rechercha aucun gain sordide. Elle mena la vie et accomplit l’œuvre d’une prophétesse avec dignité.” (The Independant, New York 23 août 1915).

  

LES CRISES DE CROISSANCE

Le développement de l’Église adventiste ne s’est pas fait sans accrocs. Un certain nombre de crises mettent en évidence, par leur contenu même, les tensions propres au mouvement. On notera que les problèmes soulevés demeurent de façon latente et resurgissent sporadiquement. Les ‘Réformistes’ accusent l’Eglise de libéralisme. Le mouvement réformiste est né en Allemagne après la dernière guerre. 11 reprochait à l’Eglise de n’avoir pas pris des positions plus tranchées Vis-à-vis de la politique hitlérienne. Les ‘Evangéliques’ reprochent à l’Eglise son légalisme. Les Évangéliques, très peu nombreux, se dénomment eux-mêmes ainsi pour souligner l’accent qu’ils désirent mettre sur le salut par la foi seule. Le débat est engagé et on peut y voir l’expression d’une bonne santé.

Crise administrative

Dès la mise en place de l’organisation de l’Eglise, celle-ci fut constamment remise en question. Si aujourd’hui sa nécessité n’est plus mise en doute, son adéquation aux réalités du monde suscite des critiques et conduit à un renouvellement permanent en vue d’une réduction du personnel administratif. L’assemblée mondiale de 1985 a vu le regroupement de diverses missions et l’apparition d’une contribution plus conséquente des laïcs dans les conseils d’administration.

Mais les crises, dont l’Eglise garde le souvenir, tiennent surtout à la défection d’importantes personnalités. Par exemple: 

1. J.H.Kellogg (1852-1893), chirurgien de réputation mondiale, dirigeait un sanatorium et une école d’infirmières à Battle Creek, Michigan. Il inventa les fameux Corn Flakes, largement répandus dans le monde aujourd’hui, ainsi que d’autres aliments à base de céréales. Kellogg entra cependant en conflit avec l’Eglise en répandant des idées panthéistes et en engageant des dépenses sans l’aval de celle-ci. Profitant des faiblesses de l’organisation à ses débuts, il s’appropria le sanatorium et la fabrique alimentaire. A la suite de cette expérience fâcheuse, toutes les propriétés adventistes furent dorénavant acquises au nom d’une société et non plus au nom d’une personne.

2. D.M. Canright (1840-1919), prédicateur et membre du bureau responsable de l’Eglise sur le plan mondial, est un autre exemple de ces défections. Il démissionna de ses fonctions en 1887 pour devenir prédicateur baptiste, puis quitta en 1889, sa charge de pasteur baptiste pour se consacrer à des publications contre l’Eglise adventiste. La même année, il publia un ouvrage intitulé Seventh-day Adventism Renounced, dans lequel il prit position contre la doctrine de l’imminence du retour du Christ, la validité du Décalogue et le ministère d’E.G. White.

3. L.R. Conradi (1856-1939), infatigable prédicateur, présida aux destinées de l’Eglise adventiste en Europe centrale. Sous son impulsion, le message adventiste connut une expansion sans pareille en Allemagne. En 1932, à l’âge de 76 ans, il se sépara de l’Eglise pour devenir prédicateur baptiste du septième jour. Compte tenu de son rayonnement antérieur, son départ eu d’importantes répercussions en Allemagne.

4. C.T. Russell (1852-1976) est parfois considéré comme un schismatique des Adventistes. Mais à vrai dire, si le fondateur des Témoins de Jéhovah a connu l’adventisme, son passage est trop fugitif pour faire des ‘Watch Tower’ une branche historique de l’Eglise Adventiste.

La nature du Christ.

Certaines personnalités très importantes du début du mouvement adventiste, tels que J. White, J. Bates, J.H. et E.J. Waggoner, W.W. Prescott défendaient des idées ariennes. Pour eux, la subordination du Fils au Père était indiscutable, et la doctrine de la Trinité n’avait pas de fondement biblique. Ils ne niaient pas le divinité du Christ, mais déclaraient qu’il avait eu un commencement. Petit à petit, la position trinitaire prévalut. Ellen White ne traita pas de la question avec son mari et ses associés, mais dans ses écrits, elle maintint l’égalité de Christ avec Dieu. Aujourd’hui, le débat porte plutôt sur la nature humaine du Christ si pour les anciens le Christ revêtit notre nature humaine de péché, pour les modernes sa nature était identique à celle d’Adam avant la chute.

 

Ellen G. White

Le ministère prophétique d’Ellen White n’a jamais fait l’unanimité dans l’Eglise adventiste. Dès ses premières visions, certains ont fait opposition à ses messages et mis en doute leur origine inspirée. L’usage abusif de ses écrits fait par d’autres ont amené nombre d’Adventistes à prendre leurs distances par rapport à son enseignement. Mais d’une façon générale, la confiance demeure et la crise récente produite par la publication de l’ouvrage de W. Rea, The White lie, Turlock, California, 1982, n’a pas entamé le crédit qu’on lui porte. Notons cependant, qu’une vaste réflexion est engagée maintenant sur la nature de l’inspiration prophétique en général.

 

La justification par la foi.

Lors de la grande assemblée de Minneapolis en 1888, appelée communément Conférence générale par les Adventistes, E.J. Waggoner et A.T. Jones soutinrent la thèse de la justification par la foi seule. Leur message fut reçu par une partie de l’Eglise, l’autre craignant le développement d’idées antinomistes. Depuis cette date, la doctrine de la justification par la foi a fait l’objet d’une constante auto-évaluation.

Citons pour mémoire quelques publications récentes: L.H. Christian, The Fruitage of Spiritual Gifts, 1947 ; A.W. Spalding, Captains of the Host, 1949; N.F. Pease, By Faith Alone, 1962; A.V. Olson, Through Crisis to Victory:1888-19o1, 1966; L.E. Froom,Movement of Destiny, 1972. Tous aboutissent à un bilan positif. Par contre R.E. Wieland-D.K. Short,1888 Re-examined, 1950 ; G.J. Paxton. The Shaking of Adventism, 1977 ; R. Brinsmead,Judged by the Gospel, 1980, concluent à une prise de distance par rapport à la doctrine de la Réforme.

Ce débat fait bien état de la position critique de la doctrine adventiste entre l’indicatif de la foi et l’impératif de l’obéissance.

L’eschatologie.

La crise la plus importante connue par l’Eglise adventiste dans le domaine de l’eschatologie est probablement celle qui est survenue .en 1979 à la suite de l’abandon par D. Ford de l’interprétation adventiste des prophéties bibliques. D. Ford, doyen d’Avondale College, en Australie, remit en question le principe jour-année, clef fondamentale de l’interprétation adventiste. Il publia en 1978 un commentaire du Livre de Daniel conforme à l’interprétation adventiste traditionnelle. L’année suivante, se ralliant aux thèses prétéristes et à l’approche symboliste des livres apocalyptiques, il remettait en question l’ensemble de l’eschatologie adventiste.

Cent quatorze théologiens et administrateurs du monde entier furent convoqués à Glacier View (Colorado) pour un débat de cinq jours (10-15 août 1980), en vue d’un examen des idées nouvelles. Les échanges aboutirent à un divorce entre la position de Ford et la position traditionnelle de l’Eglise. Depuis cette date, l’interprétation duLivre de Daniel et de l’Apocalypse fait l’objet de remises en question, et d’études systématiques, en vue d’étayer l’eschatologie adventiste par les méthodes modernes de l’exégèse biblique.

Ces débats constants manifestent la vitalité d’une jeune Eglise qui, répandue dans le monde entier, partage les tensions de la réflexion théologique. Cette capacité de réflexion et de recherche sont probablement cause, au moins en partie, de son expansion rapide sur tous les continents.

 

DÉVELOPPEMENT DE L’ÉGLISE ADVENTISTE

Les premiers Adventistes du septième jour étaient localisés dans les Etats de Nouvelle-Angleterre. Vers 1850, on relève l’existence de groupes à Portland, Paris, Boston, Oswego, Rochester. Puis Joseph Bates fonde des groupes au Canada. D’autres diffusent dans l’Ouest, limité à l’époque à la région des Grands Lacs. La ruée vers l’or entraînera quelques Adventistes vers la côte du Pacifique. Un délégué de Californie sera déjà présent à l’assemblée générale de 1868. Une fédération des Eglises de Californie sera constituée en 1873. Compte tenu des positions anti-esclavagistes des premiers Adventistes, l’extension vers le Sud se fera très lentement.

Il  n’y avait pas, au début, de stratégie globale de pénétration. Simplement un désir de répandre un message. Les moyens employés étaient essentiellement la distribution d’imprimés et des ‘camp-meetings’, grandes convocations sous une tente pouvant réunir jusqu’à dix mille personnes. Nul n’envisageait alors l’extension en dehors des Etats-Unis. Aux yeux des premiers Adventistes, l’Evangile avait été largement prêché dans le monde par les missions protestantes. De plus, la majorité des nations étant représentées aux Etats-Unis, il suffisait de s’adresser à tous ces ressortissants pour réaliser la prophétie de Jésus: “La bonne nouvelle du salut sera prêchée à toutes les nations, alors viendra la fin” (Mat 24,I4). La conviction était si forte que les immigrants rentrant dans leur pays ne savaient pas s’ils pouvaient faire part de leur foi à leurs compatriotes. Mais des groupes se constituent en Europe dès 1864. L’Afrique du Sud est atteinte la même année, la Chine en 1888, la Turquie en 1889, l’Inde en 1893. 

Cependant, l’extension de l’Eglise adventiste reposait grandement sur la diffusion de ses publications. Elle se développa donc essentiellement dans les milieux cultivés déjà christianisés. La jeune Eglise se concevait alors comme un petit troupeau à l’intérieur de la chrétienté. Il s’agissait pour elle de rassembler un petit reste au sein de la ‘Babylone’ corrompue. Il faudra attendre 1920 pour qu’elle prenne conscience de l’existence du monde païen et s’engage dès lors dans une vaste entreprise missionnaire sous toutes les latitudes.

De 5.400 en 1870, le nombre des Adventistes s’accrût au point d’atteindre 185.000 en 1920. Cinquante ans plus tard ils seront deux millions répandus sur toute la surface du globe. Aujourd’hui, on en dénombre plus de cinq millions. Ces chiffres peuvent être doublés ou triplés si l’on sait que seuls, les adultes baptisés sont inscrits dans les registres d’Eglises.

 

En Europe.

La première prédication adventiste en Europe date de 1864. Cette année là, un ancien prêtre polonais, M.B. Czechowski convertit à l’adventisme lors d’un voyage aux Etats-Unis, parcourut les vallées vaudoises du Piémont et créa une petite communauté à Torre Pellice. Puis il se rendit en Suisse et établit en 1866, à Tramelan, la première Eglise adventiste en Europe. Après son départ pour la Pologne, certains de ses convertis découvrirent un exemplaire de l’organe officiel, laReview and Herald. Ils apprirent ainsi l’existence d’une Eglise organisée aux USA. Ils envoyèrent un des leurs, J. Erzberger qui, après un an de formation, revint pour veiller sur les Adventistes dispersés de Suisse. Sur la demande insistante des nouveaux convertis, l’organisation centrale se décida, en 1874, à envoyer J.N. Andrews afin d’entreprendre une vaste œuvre missionnaire en Europe. Ce fut un tournant dans la perception par la communauté américaine de sa mission. Jusqu’alors confiné à l’Amérique du Nord, l’adventisme allait devenir un mouvement mondial.

Une imprimerie fut ouverte à Bâle. Elle diffusa dans toute l’Europe les convictions adventistes. En 1877 une communauté se constitua à Naples et une autre dix ans plus tard en Hollande. En 1887, J. Loughborough entreprit un vaste travail au sein des Baptistes du septième jour dans les régions de Londres et de Southampton. Il obtint très vite un important succès. Au cours de la décennie suivante, des groupes se constituèrent en Belgique, en Tchécoslovaquie, en Hongrie, en Pologne. Puis, au début du siècle, dans les Balkans, en Autriche, en Espagne et au Portugal. On peut estimer à près de dix mille le nombre d’Adventistes en Europe à la fin du siècle, 25 ans après la venue de J.N. Andrews.

La méthode d’approche était partout quasiment la même distribution d’imprimés, recherche d’observateurs du sabbat, réunions publiques ou contacts personnels. A Southampton, W. Ings distribuait des paquets d’imprimés aux marins pour qu’ils les diffusent dans les ports. En Russie, P. Reiswig contournait l’interdiction de prêcher en s’installant sur les places de marché et en demandant aux passants de lui lire des extraits de journaux adventistes.

 

En Australie et dans les îles du Pacifique.

Un groupe de cinq familles fut envoyé en Australie en 1885 pour y répandre la foi adventiste. Distributions de tracts, conférences publiques aboutirent en moins d’une année à la création d’une communauté de 90 membres dans la ville de Melbourne. Une imprimerie fut mise sur pied en 1886 et les abonnements à la revueBible Echo furent tels que les frais d’équipement furent couverts en moins de trois mois. En 1891, Ellen White vint soutenir la jeune communauté par un ministère qui durera près de dix ans. Dès 1894 une fédération d’Eglises fut constituée, recouvrant l’Australie, la Nouvelle-Zélande et diverses îles. S’ajouteront par la suite, Pitcairn, la Polynésie française, les îles Cook, Fidji, Samoa, les Nouvelles-Hébrides, les îles Salomon et la Nouvelle-Guinée. Chaque avancée fut source d’aventures, mais le rapide succès soutint l’enthousiasme des nouveaux convertis.

 

En Amérique du Sud.

Le message adventiste parvint en Amérique du Sud à la suite d’une correspondance entre des Vaudois du Piémont et leurs coreligionnaires émigrés en Argentine. Puis, en 1890 des fermiers russes d’origine allemande décidèrent d’abandonner leur ranch au Kansas pour partager leur nouvelle foi avec des immigrés d’Argentine. Un an plus tard, quatre colporteurs allèrent de porte en porte pour vendre la littérature adventiste. Lorsque qu’en 1895, la première Eglise fut organisée à Diamante, elle comprenait 32 membres. En 1899 s’ouvrait le premier collège adventiste et neuf ans plus tard la première clinique : El Sanatorio Adventista del Plata.

L’implantation de l’Église adventiste en Amérique du Sud se fit essentiellement par le travail des colporteurs. Ceux-ci vendaient des Bibles et étudiaient les Saintes Ecritures dans les foyers qui les recevaient. C’est ainsi qu’ils créèrent, ici et là, des communautés au Chili, au Paraguay, en Bolivie, au Venezuela, en Equateur et dans toute l’Amérique centrale. En Guyane, le capitaine d’un navire jeta sur le quai un paquet de revues, réalisant ainsi la promesse faite à un Adventiste de New York. Les indigènes s’en emparèrent et une correspondance s’en suivit. Une Eglise fut organisée en 1887.

Au Pérou, les Adventistes connurent un grand succès auprès des Indiens de la région du lac Titicaca. Des villages entiers se convertirent et des écoles furent ouvertes un peu partout. L’ouverture d’une clinique contribua à établir l’Eglise dans cette région.

En Asie et au Moyen-Orient.

L’Orient ne fut pas d’un accès facile. La foi nouvelle se répandit d’abord parmi les colons anglais de la côte indienne, et des Eglises anglaises furent ouvertes dans diverses villes. Un retraité originaire de Californie, A. Larue ouvrit un magasin de produits diététiques à Hong-Kong. Faisant traduire des brochures en chinois, il s’appliqua pendant quinze ans à les distribuer à ses clients. Le développement de l’Eglise adventiste se fit surtout au travers de l’enthousiasme des nouveaux convertis autochtones. Ils visitèrent l’intérieur de la Chine, l’inde, le Pakistan. Le Japon fut touché grâce à des immigrés japonais de Californie. Ils décidèrent de retourner dans leur pays pour y partager leur foi. Un groupe de soixante personnes se réunissaient déjà à Tokyo en 1899. Après sa conversion, un jeune Coréen décida de quitter le Japon pour la Corée. Il lui suffit de quelques semaines pour organiser quatre groupes d’un total d’environ cinquante personnes. L’Eglise s’implanta ensuite en Orient par la création d’écoles professionnelles, de dispensaires et d’hôpitaux. Il en fut de même en Turquie, en Iran, en Irak et au Liban.

En Afrique.

L’Afrique fut atteinte par le Sud. Des colons hollandais prirent connaissance de la littérature adventiste et demandèrent la venue d’un prédicateur. Puis une œuvre missionnaire fut entreprise en 1894 parmi les Matabélés de Rhodésie. Dix ans plus tard, des écoles furent ouvertes au Malawi, en Zambie et au Lesotho. En 1920 des publications pénétrèrent au Swaziland, traduites en zoulou, et une clinique fut ouverte au Botswana. Puis, petit à petit, des missions associant dispensaire et écoles furent installées dans la plupart des pays d’Afrique. On y recense aujourd’hui plus d’un million trois cent mille Adventistes.

Ainsi donc, le développement de l’Eglise adventiste s’est fait, tout d’abord, par la diffusion de ses publications disponibles aujourd’hui en plus de 189 langues et dialectes. Actuellement, l’Eglise dispose de 51 imprimeries dispersées dans le monde. Son œuvre sociale est importante puisqu’elle gère plus de 4.450 écoles primaires, 901 écoles secondaires et 94 universités ou écoles supérieures. On dénombre en 1986, 152 hôpitaux, 266 cliniques ou dispensaires, 65 maisons de retraite, offrant ensemble 25.390 lits. Y travaillent: 2.767 médecins, 14.519infirmières et 34.460 employés divers.

Près de trois cents nouveaux missionnaires quittent chaque année leur patrie pour servir leur Eglise dans le monde. Un dynamisme qui tient au message porté et à la générosité des adeptes. Les Adventistes estiment avoir reçu une vocation toute particulière avertir le monde du proche retour du Christ et inviter chacun à se préparer à ce glorieux événement avant qu’il ne soit trop tard.

Pour aller plus loin

Les archives européennes sont consultables sur internet à l’adresse : www.archivesadventistes.org 


Hit Counter provided by technology news